Présentation des grandes orientations des programmes d'expérimentation en concombre

Pour s’adapter aux nouvelles conduites climatiques plus froides, nous poursuivons la sélection de variétés capables de supporter des amplitudes thermiques plus contrastées, en intégration de température et avec écran thermique mobile.
chapelle concombreDepuis 2010, une pompe à chaleur à déshumidification adaptée à la configuration des systèmes de production locaux équipe notre serre d’essai.
L’objectif du CVETMO est de travailler sur le maintien de la qualité du produit.
Dans le contexte de durabilité en cultures protégées, le CVETMO teste des substrats organiques disposant d’une empreinte écologique réduite.
L’évolution de la réglementation sur les phytosanitaires amène à certaines impasses techniques, particulièrement en cultures légumières sous serre. Tout en priorisant les moyens biologiques et les produits alternatifs s’intégrant dans une démarche globale de protection des cultures, le CVETMO travaille à l’homologation de substances pour les usages mineurs ou orphelins.
Les objectifs consistent également à rechercher des variétés de concombre adaptées aux conditions climatiques des bassins de production et à la culture sur substrat, répondant aux attentes des consommateurs en terme qualitatif, gustatif et de réduction des intrants phytosanitaires tout en préservant un rendement commercial et un revenu à l’agriculteur. Les priorités sont de retenir des variétés tolérantes à l’oïdium et présentant le maximum de tolérances aux virus (CMV, CGMMV…) mais aussi une moindre sensibilité à d’autres pathogènes (comme le didymella et le botrytis) et aux accidents physiologiques (telles la nécrose et les brûlures de tête).

En 2013, le CVETMO intègre un nouveau programme expérimental d'expérimentation national DEPHY ECOPHYTO 2018, intitulé "Production sous serres tomate concombre : Tendre vers le zéro intrant phytosanitaire".

En parallèle, et conformément au plan ECOPHYTO 2018, nous poursuivons des essais afin d’optimiser la qualité des pulvérisations et dans le but de réduire la fréquence des traitements (IFT) et les volumes de bouillies. L’approfondissement de l’étude sur l’efficacité des différents types de buses ou encore sur la quantité et la qualité de l’eau est envisagé.